top of page

Message de Mgr Guillaume de Lisle, Evêque auxiliaire de Meaux

IMG_9891.png

Chers amis

Le Pape Benoît XVI a rejoint ce matin la maison du Père à 9h34. Tout d’abord nous voulons rendre grâce pour le don de sa vie au service de l’Eglise. Et chacun dans les jours qui viennent pourra manifester sa gratitude en participant à la messe.  Permettez-moi simplement de partager avec vous quelques souvenirs. Benoît XVI était un homme simple, un théologien, un enseignant. Son ouvrage de 1976 « Foi chrétienne hier et aujourd’hui » reste une référence dans mes études de théologie.

Je me souviens particulièrement bien de son homélie aux obsèques de saint Jean-Paul II, déroulant la vie de Karol Wojtyla au rythme du « Suis-moi » du Christ.  J’ai eu la chance d’y participer place Saint Pierre. La phrase conclusive avait été reprise par tous « Nous pouvons être sûrs que notre Pape bien-aimé est maintenant à la fenêtre de la maison du Père, qu’il nous voit et qu’il nous bénit. » C’est vrai pour lui maintenant aussi.

Son voyage en France en 2008, son discours au Collège des Bernardins, la messe célébrée aux Invalides, son déplacement à Lourdes tout cela reste dans nos mémoires. Je garde en particulier le souvenir fort de son discours au Collège des Bernardins. Comme beaucoup je l’ai suivi depuis la cathédrale Notre-Dame. J’ai été profondément marqué par sa manière de présenter le monachisme comme une quête de Dieu et non un désir de construire (ou de reconstruire) une civilisation. C’est la quête qui a conduit à colorer de manière spécifique la civilisation européenne. Et en ce sens il nous invitait à vivre l’annonce missionnaire non comme une propagande mais comme une nécessité intrinsèque qui dérive de la nature de la foi chrétienne. Le Dieu des chrétiens est le Dieu de tous.

La publication de ses livres du Jésus de Nazareth a fait date aussi. Il y livrait sa lecture personnelle de l’Ecriture en soulignant que ce n’était pas le Pape qui écrivait mais Joseph Ratzinger.

Enfin, il y a eu la stupeur devant l’annonce de sa renonciation. La tristesse aussi… et la confiance.

Voilà un Apôtre qui nous donne une belle leçon de vie qui nous invite à l’Espérance et à la fidélité au Christ.

+Guillaume de Lisle

Évêque auxiliaire de Meaux

bottom of page